Marketing

99Digital SEO Commission : Un bon retour sur investissement pour chacun de nos clients

Le 22 février 2022 - 7 minutes de lecture

99Digital est un jeune webmarketeur qui fait partie d’une entreprise (et ?) bien implantée aujourd’hui. Si les acronymes SEO, SEA ou CRO sont désormais dans le dictionnaire général du service marketing de toute entreprise de la PME au grand compte, personne ne s’y attrape d’une manière ou d’une autre.

Le moteur de notre croissance restera l’ambition, l’innovation et la passion

Là où un grand nombre d’agences de publicité en ligne se concentrent sur la visibilité et les statistiques associées, 99 Digital se concentre uniquement sur le retour sur investissement de ses clients, garantissant de fait leur satisfaction et des relations durables. Sur le même sujet : Comment choisir la bonne agence de communication ?. Pour discuter de la philosophie 99Digital et des stratégies basées sur la qualité, nous avons échangé avec Geoffroy De Becdelièvre, Président et Fondateur de la Commission.

Geoffroy, tu es donc le Co-fondateur de 99Digital, une société de conception web créée en 2018. Peux-tu nous expliquer pourquoi tu as lancé une agence de publicité digitale récemment alors que les plus grands acteurs du marché ont l’air d’être bons ?

Le premier article avec 99Digital a commencé il y a quelques années, lorsque j’ai inventé et développé une agence de voyage en ligne, Marco Vasco, un planificateur de voyage. L’entreprise grandit rapidement et devient rapidement un leader sur son marché. Après 6 ans, nous avons atteint 70 millions d’euros avec 280 employés.L’une des principales raisons du succès de Marco Vasco est l’énorme investissement dans le référencement, qui se fait localement.

Pourquoi cette sélection locale, alors que les régies publicitaires digitales fleurissent déjà ?

Nous recherchons uniquement une solution axée sur le retour sur investissement et ce que nous ont apporté les différents acteurs du marché des moteurs de recherche (SEO) ne nous a pas satisfaits. Aujourd’hui encore, les performances SEO sont souvent mesurées par la quantité de trafic. Ce qui, pour nous, n’a pas de sens. Nous avons donc décidé de créer un système de référencement interne à Marco Vasco. Très vite, 25 personnes ont travaillé à plein temps sur le sujet, se souvenant toujours des idées de travail, partielles et de retour sur investissement. Tous nos sites Web sont optimisés dans le but d’apparaître en premier dans le moteur de recherche Google, afin d’améliorer le nombre de transactions et de conversions.

Avez-vous un exemple pour nous?

Absolument. Typiquement, il y a beaucoup de mots qui sortent sur le #1 qui ne nous intéressent pas ; « Visa Thaïlande » ou « passeport brésilien » par exemple. En revanche, figurer au numéro 1 sur des mots clés comme « voyager aux USA » ou « voyager en Thaïlande » est très intéressant, simplement parce que les internautes qui vont écrire ces mots ont une réelle intention de voyager. En pratique, donc, on écarte toujours les mots que l’on peut avoir de très gros volumes mais on s’appuie sur des requêtes de données, pour prioriser les mots qui donnent le meilleur volume/double. Avant tout, nous voulons uniquement capter le trafic des transactions. Sans doute grâce à cela que Marco Vasco a l’une des plus grandes avancées touristiques dans le domaine des services avec tristesse. Et c’est l’expérience que nous avons apportée à 99Digital aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, vous avez testé sur votre entreprise, au fil des années, les services que vous proposez aujourd’hui dans 99Digital. Mais comment passer du tourisme en ligne au marketing web propre ? Comment avez-vous fait demi-tour ?

99Digital est né d’un partenariat avec Mathieu Bouchara (ancien directeur e-commerce de Marco Vasco) et Pierre Woo (ancien directeur marketing de Marco Vasco), qui sont mes partenaires dans cette nouvelle aventure. Mais surtout, à l’époque de Marco Vasco, des amis qui dirigent des PME, et certains de nos clients, m’ont montré que, partout où ils vont dans leur moteur de recherche Google, Marco Vasco arrive toujours au numéro 1. , ils nous ont demandé si nous pourrions faire la même chose pour eux, pour leur entreprise. Nous avons donc adopté la même approche, avec une adaptation à leur partie de leur travail.

Ainsi, lorsque vous vendez Marco Vasco, vous vous lancez dans le commerce en ligne…

Oui. Nous avons même commencé avant la vente de Marco Vasco et sans aucune autorité. Lorsque j’ai reçu des demandes spécifiques de référencement, je les ai transmises à Pierre, le directeur commercial, qui s’est occupé de la demande. Lorsque j’ai vendu Marco Vasco à l’équipe Dassault/Le Figaro, la question s’est posée de la possibilité de poursuivre nos propres risques. 99 Le numérique est né.

Et comment se sont déroulées ces deux premières années ?

L’entreprise est en plein essor. Notre travail est intéressant car il suit au quotidien l’évolution de Google et les changements de la publicité digitale. Nous intervenons dans de nombreux secteurs d’activité. La mise à niveau est très efficace dans un marché très profond. Tous les symboles sont verts. Nous sommes passés de 0 à 35 salariés en deux ans et nos revenus doublent chaque année. Nos clients sont avant tout des PME dépendantes de l’entreprise (de 20 à 200 salariés) et autres ETI (de plus de 1 000 salariés) qui espèrent avant tout développer leur activité en ligne avec des valeurs réelles de rendement et d’investissement. Notre objectif est de quantifier le côté supplémentaire que cette activité SEO peut apporter en se basant sur la position des mots-clés naturels sur des mots-clés précis, mots-clés les plus pertinents à la catégorie de services, au marché visé et toujours dans un but transactionnel. Le but n’est pas de générer 100% de trafic mais c’est le trafic sur les mots-clés qui aura un réel impact sur l’investissement.

Disons que dans vos calculs, vous constatez que la méthode SEO se traduit par une marge beaucoup plus faible, voire aucune marge, pour votre client…

C’est très simple. Nous ne signons pas. Nous ne sommes pas pleinement intéressés à nous engager avec un client si nous savons qu’il ne gagnera pas sa vie, même en étant n°1 ou n°2 sur de grandes étendues de mots. Tout simplement parce qu’à la fin, ça ne fera pas du bien et ça s’arrêtera. Il ne sert à rien. La marque dont nous nous soucions pour nos clients est basée sur la confiance et la qualité. 99Digital ne perd aucun client, y compris ceux que nous avons commencés sous Marco Vasco. Parfois, nous pouvons dire au client que l’entreprise n’a aucun intérêt à l’argent. Ma pensée est simple : si c’était mon entreprise, je n’y investirais pas. Pourquoi, alors, convaincre le client qu’il le devrait ? Restons fermes. Le référencement n’est pas forcément rentable pour tout le monde. Ce n’est pas un antidote. Et encore une fois, notre mission, telle que nous la voyons, est d’aider nos clients à augmenter leur part de marché et leur activité en ligne, pas de fournir du trafic de données pour le formulaire. Par conséquent, oui, dans certains cas, nous pouvons conseiller au client de ne pas travailler avec nous.

Alors allez-vous continuer avec cette philosophie, rechercher la qualité dans une relation durable ?

Absolument. Quand 99digital a démarré, je pensais que le SEO était un très gros marché et qu’il faudrait grandir, prendre des parts de marché aux concurrents. En fait, j’ai réalisé qu’il y avait une profondeur de marché plus profonde que je n’aurais pu l’imaginer, et que le marché des agences de référencement continuait de croître de manière significative, ce qui ouvrait d’énormes opportunités. De notre côté, nous continuerons à innover, à continuer à développer notre génétique tout en restant ouverts aux opportunités de développement externes. A terme, notre moteur de développement sera l’ambition, la créativité et la passion.

Voir l’article :
23/03/2022 11:09 Une acquisition stratégique pour renforcer les capacités d’Infosys en matière…

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera révisé par les administrateurs si besoin.